Une envie de suicide s’évanouit complètement grâce à l’EFT

« Jean », 42 ans, faisait une très belle carrière d’expert consultant dans le domaine des télécommunications, avait été un grand sportif, et marié depuis vingt ans, était très heureux dans son mariage.

Mais Jean commençait à se faire rattraper par les abus psychologiques et physiques quotidiens qu’il avait vécu dans son enfance : sa mère était alcoolique, et son père était un homme froid et absent, qui ne démontrait aucune affection pour son fils, et le faisait sentir incapable dès qu’il en avait l’occasion. Ses parents avaient même mis sa vie en danger plusieurs fois.

Ainsi, malgré sa belle réussite sur les plans professionnels et affectifs, Jean luttait depuis une vingtaine d’années contre plusieurs graves problèmes liés à une dépression.

Nous travaillions ensemble par téléphone depuis déjà quatre mois à raison de deux consultations par semaines, lorsqu’un jour une de ses soeurs lui communiqua que son père avait un cancer et que le pronostic était très pessimiste. Cette annonce tomba durant une période où sa vie professionnelle était particulièrement stressante, puisqu’il avait la responsabilité du plus important projet de toute sa carrière – il dormait donc très peu et était très fatigué.

Au cours d’une de nos séances, il me dit que ça n’allait pas du tout. Qu’au fond il avait le projet de se suicider, car il ressentait le besoin d’en finir « avec tout ça ». Sans pouvoir expliquer pourquoi, c’était le « trou noir », il ne se voyait pas/plus d’avenir. Je lui demandais d’évaluer de 0 à 10 l’intensité de son envie de suicide – réponse « 10 ». Sans attendre, nous avons fait de l’EFT sur tous les aspects de son envie de suicide, le trou noir, etc. Nous avons travaillé intensément pendant environ une demie heure sur différents aspects, après quoi Jean était apaisé. Il me dit soudain que oui, il se voyait un avenir, et que l’idée de suicide lui était devenue totalement étrangère – celle-ci lui paraissait totalement absurde.

Par la suite nous avons continué le travail ensemble pendant quelques mois encore, mais son envie de suicide n’est jamais réapparue : elle avait réellement complètement disparu depuis ce jour-là.

Diane von der Weid