Tutorat EFT – Les aspects

En de nombreuses occasions vous aurez besoin de faire seulement une ou deux séries d’EFT sur un événement spécifique pour que son intensité émotionnelle disparaisse à tout jamais. Ce sont nos « miracles minute » qui, heureusement, se produisent à une fréquence réjouissante. Grâce à cette particularité de nombreuses vies ont connu un changement immédiat dans un sens positif.

Il arrive cependant que parfois, même après que vous ayez fait des efforts professionnels pour tapoter sur des événements précis, votre client continue à dire que le problème ne va « pas mieux. » Pourquoi cela arrive-t-il ? Pourquoi le processus fonctionne-t-il tellement facilement dans la plupart des cas, mais semble s’embourber dans d’autres ? Il existe différentes possibilités (nous parlerons des autres plus tard) mais une des causes les plus fréquentes est que le client « passe à d’autres aspects » sans s’en rendre compte.

Il s’avère que certains problèmes comportent de nombreuses pièces – ou aspects. Ce sont en fait des problèmes séparés. Cependant, les clients ne font habituellement pas cette distinction, à moins que vous ne la leur signaliez.

Supposons par exemple, qu’un client veuille de l’aide concernant des souvenirs épouvantables d’un accident de voiture. Bien entendu, vous pouvez faire de l’EFT pour « cet accident », et vous obtiendrez probablement de bonnes améliorations. Néanmoins, si ce n’est pas le cas, vous pouvez demander plus de détails (aspects) à l’aide d’une question comme… « Qu’est-ce qui vous dérange le plus par rapport à cet accident? » Supposons que le client dise, « Oh, les phares, les phares, je peux encore les voir venir vers moi ! » Vous pouvez alors tapoter pour « les phares » ou « ma peur des phares » ou n’importe quel autre façon de le dire qui paraitrait bon. Une fois que la réaction aux phares du client aura été mise à zéro avec l’EFT, vous pouvez lui demander… « Qu’est-ce qui vous dérange encore par rapport à l’accident? » A ce stade le client peut mentionner d’autres aspects comme, « les cris dans la voiture » ou « ma colère contre l’autre conducteur » ou « ma colère contre les médecins », etc. La liste peut être assez longue. Mais en général elle ne contient qu’un ou deux aspects. Tapotez pour ces autres aspects jusqu’à ce que le client ne puisse plus trouver quoi que ce soit de dérangeant au sujet de l’accident.

Comme test, demandez-lui de « revoir le film » de l’accident, en détails, dans son esprit. Ceci fera remonter tout les aspects restants pour les tapoter. Finalement, le client ne devrait plus ressentir de charge émotionnelle par rapport à l’accident. Ce sera juste un événement malheureux dans sa vie – et c’est tout.

Une erreur qui est néanmoins souvent commise en cours de route est de tapoter pour « les phares », et ensuite de poser une question beaucoup trop globale comme, « qu’est-ce que vous ressentez maintenant au sujet de l’accident ? » Cette question ne fait appel à aucun nouvel aspect. Elle fait seulement appel à un sentiment global. En fait, s’il y a d’autres aspects (tels que « les cris dans la voiture ») le client vous dira ne ressentir « aucune amélioration » parce qu’il ressentira toujours de l’intensité.

Rappelez-vous, le client ne distingue pas les aspects. Pour lui, c’est un seul grand problème. Vous devez faire la distinction en reconnaissant d’abord que les aspects existent (c’est simplement juste une question d’expérience) et, deuxièmement, de poser les bonnes questions pour les amener à la surface. Des aspects peuvent exister avec presque tous les problèmes émotionnels – comme par exemple….

  • Un trauma de guerre peut avoir des aspects tels que la vue du sang, le regard dans les yeux d’un camarade avant qu’il ne meure, le bruit d’une grenade, etc.
  • Un viol vécu peut avoir des aspects tels que l’odeur du souffle de l’assaillant, l’impact d’un poing, la pénétration, etc.
  • Une peur de parler en public peut avoir les aspects tels que la vue d’un microphone, les yeux et les regards dans le public, un souvenir d’avoir été ridiculisé enfant, etc.

Une autre chose à reconnaître est qu’un aspect peut aussi être une émotion. Ainsi, des clients disent que la colère qu’ils ont eue concernant un événement donné s’est changée en tristesse. Utilisez ces indices. Ces différents aspects émotionnels vous emmènent plus loin dans le problème. Ce sont des occasions de réussir un traitement bien supérieur, et elles vous offrent de grandes possibilités pour amener vos connaissances vers la maîtrise.

Traduction : Diane von der Weid

Toutes les traductions sur ce site sont bénévoles et mises à la disposition de tous dans l’esprit d’ouverture et de générosité du fondateur de l’EFT. Nous vous rappelons que l’EFT est sous licence. Toute copie intégrale ou partielle de cette traduction, quel que soit le support utilisé, devra mentionner le nom de son site d’origine ainsi que le nom du traducteur et son site. Pour celle-ci : www.emofree.com et www.eft-suisse.ch.En de nombreuses occasions vous aurez besoin de faire seulement une ou deux séries d’EFT sur un événement spécifique pour que son intensité émotionnelle disparaisse à tout jamais. Ce sont nos « miracles minute » qui, heureusement, se produisent à une fréquence réjouissante. Grâce à cette particularité de nombreuses vies ont connu un changement immédiat dans un sens positif.

Il arrive cependant que parfois, même après que vous ayez fait des efforts professionnels pour tapoter sur des événements précis, votre client continue à dire que le problème ne va « pas mieux. » Pourquoi cela arrive-t-il ? Pourquoi le processus fonctionne-t-il tellement facilement dans la plupart des cas, mais semble s’embourber dans d’autres ? Il existe différentes possibilités (nous parlerons des autres plus tard) mais une des causes les plus fréquentes est que le client « passe à d’autres aspects » sans s’en rendre compte.

Il s’avère que certains problèmes comportent de nombreuses pièces – ou aspects. Ce sont en fait des problèmes séparés. Cependant, les clients ne font habituellement pas cette distinction, à moins que vous ne la leur signaliez.

Supposons par exemple, qu’un client veuille de l’aide concernant des souvenirs épouvantables d’un accident de voiture. Bien entendu, vous pouvez faire de l’EFT pour « cet accident », et vous obtiendrez probablement de bonnes améliorations. Néanmoins, si ce n’est pas le cas, vous pouvez demander plus de détails (aspects) à l’aide d’une question comme… « Qu’est-ce qui vous dérange le plus par rapport à cet accident? » Supposons que le client dise, « Oh, les phares, les phares, je peux encore les voir venir vers moi ! » Vous pouvez alors tapoter pour « les phares » ou « ma peur des phares » ou n’importe quel autre façon de le dire qui paraitrait bon. Une fois que la réaction aux phares du client aura été mise à zéro avec l’EFT, vous pouvez lui demander… « Qu’est-ce qui vous dérange encore par rapport à l’accident? » A ce stade le client peut mentionner d’autres aspects comme, « les cris dans la voiture » ou « ma colère contre l’autre conducteur » ou « ma colère contre les médecins », etc. La liste peut être assez longue. Mais en général elle ne contient qu’un ou deux aspects. Tapotez pour ces autres aspects jusqu’à ce que le client ne puisse plus trouver quoi que ce soit de dérangeant au sujet de l’accident.

Comme test, demandez-lui de « revoir le film » de l’accident, en détails, dans son esprit. Ceci fera remonter tout les aspects restants pour les tapoter. Finalement, le client ne devrait plus ressentir de charge émotionnelle par rapport à l’accident. Ce sera juste un événement malheureux dans sa vie – et c’est tout.

Une erreur qui est néanmoins souvent commise en cours de route est de tapoter pour « les phares », et ensuite de poser une question beaucoup trop globale comme, « qu’est-ce que vous ressentez maintenant au sujet de l’accident ? » Cette question ne fait appel à aucun nouvel aspect. Elle fait seulement appel à un sentiment global. En fait, s’il y a d’autres aspects (tels que « les cris dans la voiture ») le client vous dira ne ressentir « aucune amélioration » parce qu’il ressentira toujours de l’intensité.

Rappelez-vous, le client ne distingue pas les aspects. Pour lui, c’est un seul grand problème. Vous devez faire la distinction en reconnaissant d’abord que les aspects existent (c’est simplement juste une question d’expérience) et, deuxièmement, de poser les bonnes questions pour les amener à la surface. Des aspects peuvent exister avec presque tous les problèmes émotionnels – comme par exemple….

  • Un trauma de guerre peut avoir des aspects tels que la vue du sang, le regard dans les yeux d’un camarade avant qu’il ne meure, le bruit d’une grenade, etc.
  • Un viol vécu peut avoir des aspects tels que l’odeur du souffle de l’assaillant, l’impact d’un poing, la pénétration, etc.
  • Une peur de parler en public peut avoir les aspects tels que la vue d’un microphone, les yeux et les regards dans le public, un souvenir d’avoir été ridiculisé enfant, etc.

Une autre chose à reconnaître est qu’un aspect peut aussi être une émotion. Ainsi, des clients disent que la colère qu’ils ont eue concernant un événement donné s’est changée en tristesse. Utilisez ces indices. Ces différents aspects émotionnels vous emmènent plus loin dans le problème. Ce sont des occasions de réussir un traitement bien supérieur, et elles vous offrent de grandes possibilités pour amener vos connaissances vers la maîtrise.

Traduction : Diane von der Weid

Toutes les traductions sur ce site sont bénévoles et mises à la disposition de tous dans l’esprit d’ouverture et de générosité du fondateur de l’EFT. Nous vous rappelons que l’EFT est sous licence. Toute copie intégrale ou partielle de cette traduction, quel que soit le support utilisé, devra mentionner le nom de son site d’origine ainsi que le nom du traducteur et son site. Pour celle-ci : www.emofree.com et www.eft-suisse.ch.